Galerie Le Garage Lorgues

MDLC / Galerie Le Garage

2, place Auriol
83510 Lorgues / France

 
 
  RETOUR
   
  Exposition Hors les murs :
Anne-France Frère, Monika Trojan, Noémie Privat, Renaud Allirand, Thierry Azam
   
 

“Manége” Central Exhibition Hall
and
St.Petersburg Club of print-lovers and collectors
“PRINT COLLECTOR”
Graphic arts show
“Manége” Central Exhibition Hall, 1 St. Isaac’s Square, Saint-Petersburg, Russia


 


[][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][][]

Anne-France Frère
These prints were made four-by-four and can be assembled or not.
All of them are about trees in their different forms.
Even if I do a figurative work, etching allows me to escape
I play with technicity to obtain different matters


Terre, 2009, 50/50 cm, sulphur print.


Saule, 2009, 50/50 cm, sulphur and aquatinte print.

 

Monika Trojan
Née en 1978 je vécue mon enfance en Pologne à Varsovie ou en 1997/98 je suivie une année des études de graphisme aux Beaux-Arts . A partir de septembre 1998 je continue mon formation aux Beaux-Arts de Vienne en Autriche ou en 2004 j’obtiens mon diplôme. Après nombreuses voyages la vie me porte en France ou je vis et crée actuellement .
En 2008/09 suite à la rencontre de Noémie Privat, je collabore avec l’atelier Taille - taille et j’installe mon petit atelier de gravure .
Mon travaille est un moyen d'auto observation . Les espaces se composent spontanément, je n'utilise pas la construction mental, c'est la simple présence avec les outilles et le support dans l'instant qui permet la création des formes. L'image comme le témoin de ces moments , une historique des événements, empreinte des gestes .
Les formes expressives et non représentatives donnent la liberté aux mouvements, les émotions et l'intuition sont les moteurs grâce au quelles la vision s'élabore. Les couleurs, les traces organisent l'espace de potentialité infini de transformation. La lumière fonctionne en soi et ne vient pas d’extérieur. Les différents moments portent la diversité des expériences des qualités intrinsèques comme la cascade, rivière, l'océan : calme ou agité. Expérimentation de la façon dont le temps et la mémoire s’impriment comme autobiographie.

 
   
 

Noémie Privat
Je me suis toujours nourrie d’images, de peintures, de textes, aussi j’ai toujours noté dans des carnets ce que je voyais et sentais.
Mon travail commence toujours par une image. Une “image-fragment”, découpée quelque part et collectionnée minutieusement. Une fois réappropirée, cette image devient un matériau que je modèle et détourne, à qui je donne un autre sens.
En 2003 je quittais la Villa Arson à Nice, aujourd’hui j’habite Marseille et dans ce pays j’ai appri à voir et à sentir différemment, la réalité est en pleine figure, le dessin m’aide à résister et à créer de nouvelles formes.
Depuis deux années, j’ai dans l’atelier un véritable équipement pour la gravure en taille douce. C’est pendant des résidences à Anvers et surtout à Berlin que j’ai pris l’habitude d’exprimer mon univers en gravure, principalement des pointes sèches, des dessins directs dans le métal que j’imprime en noir. Le dessin se révèle autrement, décline et rejoue des étapes de travail, le trait s’enfonce, ne glisse pas. La gravure est très proche de moi, presque un personnage de mon histoire.
L'impression d'estampes me situe de fait dans une démarche d'édition. Le livre et l'affiche sont pour moi l'espace idéal pour que les images communiquent, circulent et se transmettent.
J’ai créé l’association tailletaille à Marseille qui devient une structure collective de travail pour l’art imprimé.

http://noemieprivat.ultra-book.com/
http://tailletaille.blogspot.com/

[dossier pdf]

 


   
 
Renaud Allirand
La gravure m'a toujours attiré, j'ai attendu longtemps pour acheter une plaque de cuivre, plus de dix ans.
Dix années consacrées à la peinture, à l'encre de Chine, puis un jour, j'ai éprouvé le besoin de m'exprimer autrement, je voulais écrire, mais comment ?
Avec des mots, bien sûr, mais je ne souhaitais pas que ces mots soient lus, par quiconque, ni même par moi. Je voulais des mots intimes, éphémères. La gravure m'est alors apparue comme l'unique moyen, écrire à l'endroit puis à l'envers, avec la précision de la pointe sèche et la violence de l'acide - morsure des mots -Ecrire et réécrire, effacer ma parole... Pleins et déliés, dénouer mes peurs - palimpsestes du noir - Et ces "écritures" sont devenues des pages illisibles le plus souvent, presque abstraites, une sorte de nouvelle écriture ou la première, peut- être. Monde sans frontières où chacun peut imaginer une page de ses propres mots, de sa propre existence, terrestre ou d'ailleurs.
Grâce à ces "écritures", le chemin m'était ouvert, et ma peinture est entrée dans la gravure, sans couleurs, sur le métal froid, un miroir d'ombres.
Voyage du visible au non visible... Des paysages toujours imaginaires, ciel, terre et l'horizon qui les retient.
Une fenêtre, un passage, une architecture à la recherche de la lumière, celle du nord me fascine. Des lignes qui se croisent, traces et tensions. Maintenir le frêle équilibre. Constructions et reconstructions, tissées de liens - haubans - de ramifications à l'infini qui unissent les espaces entre eux et révèlent d'autres mondes intérieurs.

 

     

15x10cm -eau-forte-cuivre eau-forte-zinc-2008
   
 
 
 
Thierry Azam
These works are extracted from the books « L’enneigement » (with writer Lionel Bourg and printer Anne-France Frère) and « Toi mon aède » (with writer Edith Azam and printer Anne-France Frère).
Both were edited in 2009 by Bab-Ili and were presented in several readings and exhibitions in the South of France.
They are photos of trees taken in movement and printed on a Japanese transparent paper. In both books, they are associated with Anne-France Frère‘s etchings.